DSC00202

1er « vrai » voyage hors d’Abidjan. Direction le Nord : Odienné ! 12 heures de car avec Sibylle (DCC) et Marine (France Volontaires) pour rendre visite à la famille Cebron, (Arnaud et Anaïs) volontaires DCC avec leurs enfants (Sibylle, Zacharie et Abigaël).

 

Odienné (infos prises sur Wikipedia et commentées)

Odienné est une ville du nord-ouest de la Côte d’Ivoire, proche du Mali et de la Guinée. Elle se situe à 867 km d’Abidjan. Ses habitants sont appelés les Odiennékas.

 

Géographie Dernière ville ivoirienne avant la Guinée sur une ligne est-ouest, Odienné est située à l'est du Massif du Denguélé (du nom du point culminant, qui, en langue malinké, signifie « fils unique de la montagne »). Une piste cahoteuse d'une centaine de kilomètres la relie à la Guinée et une autre conduit au Mali.

Climat Le climat est très chaud et très sec bien que je sois arrivée au début de la saison des pluies et les températures plus clémentes qu’à Abidjan ont été très appréciées.

Végétation La végétation de la région est celle de la savane arborée. De type soudanais, elle se présente comme l’association de forêts claires et de savane. On a pu faire plusieurs balades avec les enfants et voir de plus près les forêts – c’était super ! (même si les locaux croisés en chemin ont visiblement trouvé ça original de se promener : les balades sont plutôt françaises comme habitude).

Langues Les habitants parlent en général tous le français mais c’est surtout le dioula ou le malinké qui sont parlés dans cette région. J’ai pu apprendre 2-3 mots dont « toubabou » = blanc / blanche que petits et grands n’hésitaient pas à utiliser pour m’appeler.

Religion Odienné est L'actuel évêque du diocèse d'Odienné est Monseigneur Antoine Koné.

La ville d'Odienné est à majorité musulmane. La ville est également le siège d'un évêché catholique depuis décembre 1994, dont le siège est la cathédrale Saint Augustin. Beaucoup plus petite que les paroisses où j’ai pu aller à Abidjan, nous avons eu droit à une chorale Sénoufo pendant la messe (avec chants et instruments).

Économie L'économie de la région est organisée autour de l'agriculture et des agro-industries : production d'anacarde (noix de cajou !!!) (dont j’ai pu voir l’arbre et le fruit pendant nos balades), du coton, des ignames…

DSC00134

Infrastructures Odienné possède un aéroport (mais le voyage de 12 heures en bus est plus accessible à mon porte monnaie de volontaire). Sur les 243 localités rurales que compte le département, 59 sont électrifiés. Le réseau routier compte 3 704 km de route dont 78 km bitumées, 748 km non bitumées et 2 878 km de pistes villageoises. La mère du président est originaire d’un village pas loin et une route d’une centaine de kilomètres est en cours d’être bitumée pour la relier à Odienné.

La flore Dans la savane autour de la ville, tout semble pousser à merveille. Parmi les arbres typiques du nord, on trouve les nérés, les anacardiers (nix de cajou) et les karités, « arbre miracle » dont le fruit peut se manger tel quel ou se transformer en « beurre » qui remplace l'huile et toutes les matières grasses dans les régions de savane et qui est aussi utilisé comme produit cosmétique.

On y retrouve aussi les habituels arbres à fleurs tropicaux tels que les frangipaniers, les bougainvilliers ou les acacias. Les Cebron nous ont aussi montré l’allée des fromagers (arbres avec de formidables troncs), ancienne route d’Abidjan.

La faune On croise dans la région aussi de nombreux babouins, des phacochères, des potamochères, des perdrix et des francolins ainsi que des antilopes. On y trouve également beaucoup d'agoutis (gros « ragondin » de brousse) dont la chair est très appréciée et des boas. – Malheureusement à part des moustiques, des fourmis, des poules, des chèvres, des chiens, et un petit chat adopté par les enfants, je n’ai pas vu beaucoup d’animaux « locaux ».