Certes, la langue officielle est ici la français... mais en Côte d'Ivoire on parle aussi beaucoup de langues ethniques... et la nouchi!

Voici ce qu'en dit wikipedia (synthèse de l'article):

 

nouchi_coursLe nouchi (ou noussi) est un mélange de français et de plusieurs langues de Côte d’Ivoire, il est apparu au début des années 1980. Il était à l'origine parlé par des jeunes citadins mal scolarisés ou délinquants, ne maîtrisant pas bien la langue française. Le nouchi était pratiqué surtout aux abords des marchés, des gares, des cinémas avant d'être véhiculé dans la plupart des couches sociales.

De langue des petits voyous, le nouchi est devenu la langue de la comédie populaire ivoirienne, voire de la musique ivoirienne. C'est aussi la langue de la "débrouille" dans les quartiers pauvres d'Abidjan.

 

« Nou », en malinké, signifie « le nez », tandis que « chi » veut dire poil. Cela donne en un mot, « poil de nez » donc « moustache » pour designer le méchant, à qui tout le monde voulait ressembler. Un « nouchi », c’est un homme fort (notamment un chef bandit mexicain des westerns qui est souvent un moustachu), craint de tous et qui n’a peur de rien ni de personne. Le nouchi a notamment été popularisé par la chanson Premier gaou du groupe Magic System.

 

Beaucoup de termes du nouchi visent à évoquer des phénomènes de société propres à la Côte d’Ivoire. Le nouchi évolue en permanence, au fil des mots créés par les nouchis eux-mêmes. Le nouchi se base sur des phrases courtes ou des adjonctions de termes tirés du vécu de la rue, de l'anglais, du français et des ethnies ivoiriennes ou même de celles de la sous-région ouest-africaine. La formation des expressions est illimitée et se développe au gré des événements heureux ou malheureux. C'est une langue en pleine expansion qui inspire et s'inspire de la culture populaire.

nouchi

Quelques expressions que je connais / utilise :

  • chap chap : rapidement, vite
  • dja : tuer (ex : "Je vais te dja")
  • dja (2) : mourir (ex : "Il a dja"), dormir (ex : "Il est en train de dja")
  • prendre dra : se taper la honte, comprendre ("il a pris dra de notre petit jeu" : "il a compris notre petit jeu")
  • (s')enjailler: (s')amuser, (se) faire plaisir
  • être fan de quelqu'un (prononcé [fã]) : être amoureux d'une personne
  • ya foye, ya fohi : d'accord, ok (littéralement : "Il n'y a rien")
  • gaou : bouffon, « has been »
  • garba : plat d'attiéké accompagné de thon frit
  • gbagbo (1) : mouchoir servant à éponger la sueur (comme celui utilisé par l’ex-président Laurent Gbagbo lorsqu'il gagbotait beaucoup)
  • gnata : bouffon, « has been »
  • go : fille
  • warren : taxi communal
  • wôtrô : pousse-pousse à deux roues servant au transport de marchandises
  • yakô : "Courage, tiens bon" expression utilisée pour exprimer sa compassion, en cas de décès d'un proche, de maladie ou autre malheur
  • zooh : joli(e), élégant(e)
  • plon, togo : 100 francs CFA
  • bâ ou bar : 1 000 francs CFA
  • une brique : un million de francs CFA
  • je suis piqué : je n'ai plus d'argent
  • kessia ? : qu'est-ce qu'il y a ?
  • un ken = une affaire , une histoire
  • Être moisi, piqué ou en galère = Être pauvre
  • ti connin affaire làh ! = tu maîtrises le sujet

 

-La bande dessinée Aya de Yopougon retrace la vie quotidienne d'une jeune abidjanaise de la fin des années 1970, et une place importante y est accordée au nouchi.

-Les ambassadeurs du nouchi dans la musique ivoirienne : zouglou et rap, et un peu dans le coupé-décalé.